ORPHEE

ob_a6f530_capture0000

Nom de Baptème : NAMOUSSA IV

Architecte : Louis Breguet

Année de Construction : 1934

Lieu de Construction : Chantier Macario à Deauville

Numéro de voile : F60

Port d’attache : Belle-île

ex Namoussa IV, Nouba, Seven seas

Louis BREGUET, constructeur d’avions, aimait beaucoup régater…

Dans les années 30, il fit construire plusieurs voiliers de la « Jauge Internationale », par le chantier MACCARIO à Deauville, en leur donnant le nom de « NAMOUSSA, I, II, III, IV, V », etc, et gagna de nombreuses courses avec.
Les cinq premiers étaient des « 6 mètres JI ».

« NAMOUSSA IV » (F 60) , à son neuvage, (18 mai 1934), était puissant dans la brise, il fut revendu en 1937 à Yves MOYSAN et fut renommé « NOUBA » passant en Bretagne Sud.
En vasière pendant la guerre, il fut épargné par le mensonge de son gardien aux allemands à qui il déclara que son lest était en fonte, ce qui ne les intéressait pas – ils cherchaient du plomb.
Yves MOYSAN, déporté, ne revint pas…

« NOUBA » fut vendu à Jean-Philippe LEMOIGNE qui lui donne le nom de « SEVENSEAS », puis le revend à Monsieur BERTIN. Le bateau sera basé à BELLE-ÎLE.
La cote des « JI » ne faisant plus recette, Mr. BERTIN voulu « moderniser » la ligne du voilier et l’adapter aux nouvelles règles de course (Classe R.O.R.C. et fut jaugé F 1575).
Le bateau fut alors amputé d’un bon mètre à l’arrière, perdant ainsi sa belle voûte et sa couronne…
Son lest perdit 800 kg et le mat avancé, pour le rendre plus ardant (plus apte à remonter au vent) et il gagna un petit Dog-House fixe.

Quelques courses plus tard, en 1957, un des oncles du propriétaire actuel, Monsieur Christian THEUVENY, l’achète, l’appelle « ORPHEE », court contre les Anglais, avec son frère Franck, avec le père et la mère du propriétaire actuel comme équipiers.

Las, le bateau vieillit et prend l’eau, il faut le restaurer et le père de l’actuel propriétaire le rachète en 1963.
Pendant quatre ans, dans leur jardin de région parisienne, ses parents investissent tout leur temps et leurs sous à recouvrir la coque d’un double pli d’acajou (2X3mm) pour le rendre définitivement étanche, mais toujours en bois ! D’autres améliorations ont eu lieu en même temps pour nous permettre d’y trouver un relatif « confort » dont un roof offert par un certain KNOCKER….

Il est remis à l’eau en Août 1967… et a offert plus de 40 années de bons et loyaux services!

Hélas, ces dernières années, son capitaine avait perdu de sa vaillance, puis s’en est allé vers d’autres rives avec son équipière favorite.

Le navire a perdu de sa superbe…
Il se repose actuellement à Belle-Île dans le jardin de ses derniers propriétaires, attendant une fin paisible à moins qu’un mécène ne trouve la douce folie de lui redonner un nouvel élan…

Un voilier, c’est comme une Traction, (surtout de cette date là !), ça se restaure, mais…encore faut-il en avoir le temps et les moyens…

S’il y a des volontaires, je pense qu’on pourrait même l’offrir ! (pas de livraison… à venir chercher sur place)

plus d’informations ici

ob_5e9c88_mlk ob_38f72b_namoussa-4-1967 ob_1312dc_capture1972 ob_207071_1236 ob_c57492_1963 ob_ca2058_capture-1963